Les petites filles modèles, Comtesse de Ségur

Quel plaisir de retrouver l’écriture de la Comtesse de Ségur ! Il y a quelques temps j’avais lu Les malheurs de Sophie et j’ai découvert qu’il y avait deux livres qui suivaient. Donc il me fallait ! Par chance, Madeinfrance m’en a glissé un dans mon colis pour les vacances et j’ai dégoté le dernier dans une librairie d’occasions.

  • couv3560495.jpgRésumé

Camille et Madeleine, les deux soeurs, s’entendent à merveille, partagent les mêmes jeux, les mêmes émotions. Camille, l’aînée, est vive, espiègle, hardie; Madeleine est plus réservée, sensible, solitaire. Promenades en calèche, sauvetage d’un rouge-gorge tombé du nid, indigestions de cassis, disputes et réconciliations, fêtes et parties de campagne… Avec leurs amies Marguerite et Sophie, les petites filles modèles vivent au jour le jour les grandes joies et les petites catastrophes de l’enfance.

  • Mon avis

Dans ce livre là, on ne retrouve pas tout de suite Sophie (même si elle revient dans ce second tome). On découvre donc Camille et Madeleine qui, à la différence de Sophie ont une mère très gentille et sont elles-mêmes très bien élevées. Cela n’empêche pas qu’elles vivent quelques aventures ou mésaventures.

La lecture de ce livre fut fort agréable mais je dois avouer qu’à un certain moment je n’en pouvais plus du pays des Bisounours puisque dès qu’il y a une bêtise de faite elle est presque aussitôt pardonnée, c’est assez énervant tout cette amour et cette compréhension.

Je pense que ce genre d’histoire devait être très appréciée à l’époque où elle a été écrite mais aujourd’hui je ne sais pas si les enfants la trouverait « cool ». A voir !

Malgré tout j’ai hâte de passer à la lecture du dernier livres pour découvrir leurs dernières aventures car la Comtesse sait nous mettre l’eau à la bouche.

Publicités

Notre-Dame de Paris, Victor Hugo

J’ai découvert cette oeuvre enfant grâce à la magie de Disney, je l’ai ensuite chantée avec la comédie musicale, il ne me restait plus qu’à découvrir l’oeuvre originale !

couv16687245.jpgCe petit pavé était dans ma bibliothèque depuis quelques temps mais je dois dire qu’il me faisait un peu peur. L’écriture classique est quelque chose de particulière et si l’on n’est pas dans de bonnes dispositions elle peut se transformer en mauvaise expérience. Néanmoins, ce qui m’a décidé à enfin sauter le pas c’est la Bookclub de Livraddict qui propose chaque moi une lecture commune. Les personnes qui souhaitent participer se retrouve ensuite pour discuter de l’oeuvre sur le forum. C’était ma première fois et j’ai vraiment apprécié l’expérience.

Ce roman est tellement connu qu’on croit le connaître sans l’avoir jamais lu ! Cependant, dès les premières pages, on se rend compte à quel point on se méprend sur cette histoire. Elle est infiniment plus complexe et sombre qu’on le croit. Oubliez les multitudes de couleurs qui sont dépeint dans le Disney, le Notre-Dame de Hugo revêt des couleurs moyenâgeuses où les odeurs pestilentielles embaume l’air de Paris.

On retrouve cependant les personnages les plus connus tels que Esmeralda, Frollo, Quasimodo, Phoebus mais ils ne sont pas tous aussi gentils qu’on pourrait le croire.

Esmeralda est une jeune fille de 16 ans qui tombe éperdument amoureuse du capitaine Phoebus alors que celui-ci n’a que faire de son amour puisqu’il est promis à Fleur de lys. Il n’a absolument rien d’un gentleman au contraire nous pourrions ici parler d’un goujat (pour rester polie !).

Frollo quant à lui est sans doute le personnage le plus sombre et torturé de cette histoire, il est sous l’emprise d’une passion pour Esmeralda qui le dévore. Il veut absolument la posséder comme un objet et celle-ci ne doit pas lui résister sous peine de mort. Ce personnage est à la fois complexe et  fascinant.

En ce qui concerne Quasimodo, il est dépeint comme l’être le plus laid et horrible qui soit, Esmeralda ne peut endurer sa vue et pourtant celui-ci se montre attentionné avec elle. Il m’a vraiment fait de la peine

J’ai pu découvrir de nouveaux personnages que je ne connaissais pas comme Gringoire, un lâche absolu dont on se demande ce qu’il fait dans cette histoire mais également La Sachette, une femme vivant recluse étant persuadée que les gitans lui ont pris sa petite fille.

Toutes ces choses entremêlaient donne un relief à cette histoire auquel je ne m’attendais pas ! Je me suis surprise à être emportée pas l’écriture de Hugo. Celui-ci rend la lecture très divertissante puisqu’il s’adresse parfois au lecteur et aime se moquer et maltraiter ses personnages les mettant dans des situations risibles.

J’ai également pris conscience du travail de chercheur/ historien qu’a effectué Hugo, dans deux chapitres il prend le temps d’une part de relater de ce qu’était la cathédrale au Moyen Âge mais aussi ce qu’elle est devenu à son époque à lui. Il nous énumère également les changements qu’a connu la capitale. Ces longues descriptions n’ont pas de lien directe avec l’intrigue mais sont un témoignage exceptionnel.

Au final j’ai apprécié cette lecture et l’écriture de Hugo, je me lance d’ailleurs dès le mois prochain dans la lecture Des misérables !

Le petit chose, Alphonse Daudet

Pour finir ce mois d’Avril, j’ai choisis de lire une petit classique. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, d’autant plus qu’avec les classiques ça passe ou ça casse ! Il faut croire que pour cette fois c’est plutôt bien passé 🙂

  • Résumé

couv6370613L’histoire d’un enfant, sensible et pauvre (Daudet lui-même), qui ne parviendra jamais à devenir tout à fait un homme. La vraie enfance d’abord « dans une ville du Languedoc où l’on trouve, comme dans toutes les villes du Midi, beaucoup de soleil, pas mal de poussière, un couvent de carmélites et deux ou trois monuments romains ». Puis le collège, l’affreux collège, où le Petit Chose, d’abord martyrisé comme élève par ses camarades plus riches, exercera ensuite « l’horrible métier de pion ». Où s’enfuir, sinon à Paris, avec ses repas à deux sous et de beaux yeux noirs qui brillent au fond d’une boutique ?

 

  • Mon avis

J’ai trouvé le personnage du Petit Chose très attachant même si je m’attendais à lire l’histoire d’un enfant. Il s’agit plutôt de l’histoire d’un homme qui ne veut pas grandir ou du moins qui semble effrayé par le monde des adultes.

Ce livre n’est pas marqué par la présence d’une multitude de péripéties, néanmoins l’auteur à l’art et la manière de nous raconter cette histoire. On suit le Petit Chose dans les changements que connaît sa vie mais également dans son évolution personnelle. Le Petit Chose est un être rêveur et fragile, souvent materné par son frère (il l’appelle d’ailleurs affectueusement  » ma mère Jacques »). Il est également assez égoïste, une caractéristique assez liée au monde de l’enfance.

Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est l’humilité avec laquelle ce récit nous est conté même si l’auteur utilise souvent la troisième personne pour parler de lui. Cependant, cela ne rend pas le récit pompeux, au contraire c’est comme si l’enfant était enfin devenu adulte et regardait avec tendresse son enfance.

Le personnage connaît des drames, des joies, fait des erreurs, est rongé par le remord et tout cela contribue à le rendre définitivement humain et touchant. Même si il fait beaucoup de bêtises, on a envie de le prendre sous notre aile et de lui montrer la voie. D’ailleurs, le Petit Chose va avoir énormément de chance car il y aura toujours une âme charitable pour le prendre sous son aile et le tirer du pétrin.

Une lecture tendre et agréable, un moment de vie que partage avec nous Daudet. Bien sûr, n’hésitez pas, si vous rencontrez un jour le Petit Chose, faîtes un bout de chemin avec lui.

Docteur Jekyll et Mister Hyde, Robert Louis Stevenson et Sébastien Mourrain

Superbe album que j’ai reçu dans ma dernière box Once Upon a Book ! Et comble de la chance, j’avais une lecture commune autour de cette oeuvre prévu ce mois-ci, c’est pas génial ça !

couv61529686Bon je crois que pour une fois je vais me passer de résumé parce que cette oeuvre est tellement connue que même sans l’avoir lu on la connaît déjà !

Tout d’abord, en ce qui concerne l’histoire, je dois dire que j’ai été assez surprise de la taille du livre. Je pensais que, comme la plupart des grandes œuvres, il s’agissait d’un pavé et bien pas du tout, c’est une toute petite histoire qui se lit d’une traite. Donc ça c’est la première bonne surprise.

Ensuite, je reconnais que je connaissais vaguement l’histoire dans les grandes lignes mais pas dans les détails ! Ce fut donc un ravissement de la découvrir d’autant plus que celle-ci est accompagné de superbes illustrations (un peu flippante pour certaines). L’album et l’histoire sont en parfaite corrélation, le côté sombre de l’histoire est bien mis en avant aussi bien dans le récit que dans l’album en lui-même.

Je trouve que découvrir ce classique au travers un aussi bel album rend sa lecture plus agréable même si on est vite happé par l’intrigue. Bien sûr il n’y ai pas de réel suspense puisque il est souvent fait référence de ce livre dans la vie quotidienne. Néanmoins, je trouve qu’il met en avant un aspect important de l’être humain.

Je crois sincèrement que se cache en chacun de nous un côté Jekyll et un côté Hyde. Cependant chez certains c’est le côté Hyde qui ressort le plus et chez d’autres le côté Jekyll. Ça pose une réelle problématique au sein de notre société actuelle où l’on voit de plus en plus de Hyde apparaître et essayer de prendre le pouvoir alors que les Jekyll ont trop tendance à rester dans l’ombre alors qu’en réalité ce sont eux les vrais héros. C’est plutôt une jolie métaphore je trouve !

Bref, il n’y a pas besoin de disputer cent sept ans autour de cette oeuvre, lisez là et prenez du plaisir !

Alice à travers le miroir, Lewis Carroll

Après avoir lu Alice au Pays des Merveilles je ne pouvais pas ne pas lire le second ouvrage sur ses aventures ! D’autant plus que j’ai eu la chance de dégoter ce second tome dans un vide grenier pour 0.20 ct, c’est presque indécent !

couv49702827Cette fois-ci, comme le titre l’indique, Alice se retrouve de l’autre côté du miroir et va rencontrer une multitude de personnages. Il y a également une histoire autour d’une partie d’échec qui la guide dans ses rencontres mais je dois avouer que c’est assez flou pour moi.

Je n’ai pas vraiment accroché avec cette suite des aventures d’Alice, elle ne se trouve plus au Pays des Merveilles mais de l’autre côté du miroir. Cet univers m’a semblé beaucoup plus complexe que le premier et je m’y suis souvent perdue. Néanmoins, Alice continue de faire la rencontre de personnages tous plus farfelues les uns que les autres. Elle fait d’ailleurs la rencontre d’un personnage qui ressemble à un œuf et qui m’a beaucoup fait penser à l’œuf dans le film d’animation Le Chat Potté de Dreamworks.

J’ai également compris, grâce à la lecture de ces deux livres, que le dessin animé de Disney (que j’ai visionné dans la foulée) s’inspirait des deux livres et mélangeait toutes les rencontres faites au cours de ses deux aventures pourtant différentes.

En revanche, ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est de retrouver le caractère d’Alice, étrangement elle me plaît beaucoup plus dans les livres que dans le dessin animé. Elle m’apparaît comme beaucoup moins naïf et avec plus de répondant bien qu’elle ne soit encore qu’une petite fille. Je trouve que Lewis Carroll a su créé un bien jolie personnage, rêveur certes mais très attachant.

Je suis donc beaucoup moins enthousiaste sur ce livre mais cela est peut être dû à la traduction. J’ai pu lire que la traduction des ouvrages de Lewis Carroll faisait débat, car celui-ci fait beaucoup de jeux de mots et inclut également pas mal de poésie. Je pense, cependant que je relirai ce livre mais dans la version de Benjamin Lacombe. Après tout, j’ai aimé le premier tome grâce à ses dessins.

Et vous l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Les malheurs de Sophie, La Comtesse de Ségur

Cette histoire est emblématique et pourtant je ne l’avais jamais lue ! Mais grâce à ma box Once Upon a Book j’ai enfin pu lire cette belle histoire.

couv5259330.jpgJ’ai plutôt bien accroché avec cette histoire d’autant plus que les dialogues sont écrits comme dans les pièces de théâtre, ce qui, vous en conviendrez pour une passionnée de théâtre est une pure jubilation.

Le livre comporte différents chapitres et chaque chapitre raconte un malheur que connaît Sophie. Je trouve qu’il serait plus juste de dire une bêtise que fait Sophie. En effet, Sophie est une petite fille de quatre ans qui a des idées pour le moins bien étranges comme par exemple l’idée de saler et découper les poissons de sa mère …

Néanmoins, chacune de ses bêtises se soldent par une leçon de morale pour Sophie. Bien souvent c’est sa maman qui lui inculque ou bien qui la punit selon la gravité des bêtises commises.

Heureusement Sophie n’est pas toujours seule dans ses malheurs. Paul, son cousin, aime venir jouer et passer du temps avec elle et tout les deux trouvent milles et unes façons de s’amuser. Paul est le contraire de Sophie. C’est un garçon bon, obéissant et très attentionné. Sophie est plutôt colérique et égoïste. Aussi, entraîne-t-elle souvent ce pauvre Paul dans ses bêtises. Du moins elle essaie, car Paul fait parfaitement la différence entre le bien et le mal.

J’ai adoré cette histoire et imaginez ma surprise quand j’ai découvert qu’il y avait deux autres livres à la suite de celui-ci. Ils ont déjà rejoint ma wishlist.

Et vous ? Elle vous évoque quoi cette Sophie ?