Elia, la passeuse d’âmes, tome 1, Marie Vareille

Voilà maintenant une semaine que je ne suis pas passée dans le coin ! C’est pas comme si c’était les vacances ! D’ailleurs je ne sais pas si vous avez remarquez mais quant on est en vacances on a encore moins le temps de faire des choses, dingue non ? Trève de blablabla je reviens pour vous parler d’un véritable coup de coeur ! (autant ne pas faire les choses a moitiè).

  • Résumé

couv1323987.jpg“Les prophéties ne s’accomplissent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser”
Elia vit dans une dictature divisée en deux catégories : l’élite, les Kornésiens, et la classe exploitée, réduite en esclavage : les Nosoba. Elia est une Kornésienne. À quinze ans à peine, elle exerce en tant que passeuse d’âmes à l’hôpital de la capitale du pays : elle euthanasie tous ceux qui seraient considérés comme inutiles ou dangereux pour la communauté. Un jour, un jeune Nosoba, de la caste des intouchables parvient à la convaincre de l’aider à s’échapper, alors même qu’elle avait ordre de l’exécuter. Accusée de trahison, Elia s’enfuit…

  • Mon avis

J’ai adoré ce roman ! Avant même de le lire je l’aimais déjà mais la lecture à confirmer ce que je pensais.

Déjà, je trouve la couverture absolument superbe, on sait d’avance qu’on va se retrouver avec une héroïne et personnellement j’adore ça. J’aime découvrir ces personnages féminins au fort caractère et qui ne se laissent pas abattre.

De plus, on se retrouve dans un univers assez intéressant, il y a des sortes de castes un peu comme dans Hunger Games ou Divergentes, il y a les riches et les pauvres et forcément c’est les pauvres qui finissent pas se rebeller. Le schéma n’est finalement pas très novateur mais la force du personnage vous accroche et vous ne pouvez vous empêcher de tourner les pages. 

L’auteur recrée ici un monde post apocalyptique où les hommes choisissent une nouvelle façon de vivre et c’est là toute la force de ce roman et ce qui donne encore plus de fougue au personnage d’Elia.

Alors certes on est pas dans un roman totalement novateur, on se retrouve dans un roman jeunesse qui ressemble aux autres oui mais celui-là on a très envie de lire la suite et ça, ce n’est pas rien !

Publicités

Hold up #3 – Festival du livre d’Albert – Octobre 2016

Cette année pour la cinquième fois se tenait le Festival du livre à Albert. Une belle sortie à faire pour le weekend pour faire de nouvelles découvertes.

Ce Festival permet de rencontrer des auteurs jeunesse ou adultes mais également des dessinateurs de bandes dessinées qui ont chaque année un beau succès.

On retrouve également des animations, des conférences, spectacles et cette année une exposition était dédié aux livres Pop up. Un spécialiste nous expliquait comment se créé un livre et par quelles étapes passe la fabrication et autant dire que le résultat est vraiment superbe.

Petite particularité du Festival vous avez la possibilité de troquer vos livres (10 par personne maximum). Forcément, ça donne envie et c’est l’occasion d’aller vers des livres qui ne nous aurait pas forcément attirés en boutique. Voici donc le résultat de ce hold up 100% gratuit :

IMG_2056.JPG

Pour être honnête je ne connais absolument aucun de ces livres et je n’ai donc aucun avis préalable à donner. Néanmoins, je dois avouer que j’aime beaucoup la couverture du livre Billy, elle n’a rien de spéciale mais c’est ce qui m’a fait choisir ce livre.

Déjà l’année dernière j’avais échanger pas mal de livres, c’est une bonne manière de se débarrasser et d’avoir de nouveaux livres pour rien du tout !

Cependant, qui dit festival dit forcément rencontre avec des auteurs, tentation, découverte de nouveaux livres et craquage totale. J’ai quand même était raisonnable puisque je n’ai acheté que deux nouveaux livres que voici :

IMG_2060.JPG

Pour le premier il s’agit d’un livre que je voulais depuis quelques temps et comme il était qu’à 5€ cela aurait dommage de s’en passer.

Pour le second, c’est l’auteur qui m’a donné envie de lire son histoire, j’ai bien sûr eut le droit à une petite dédicace et chose assez drôle c’est pour un auteur je trouve qu’il écrit comme un médecin, pas facile de tout décrypter mais je compte bien me lancer dans cette lecture prochainement et vous en donner des nouvelles.

Et vous ? Vous allez au Festivals ?

La semaine de la BD – Léonard & Salaï, tome 1 : Il Salaïno, Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen – #5

On termine cette semaine de la BD en beauté avec ce superbe ouvrage illustré par Benjamin Lacombe. C’est un livre que j’ai eu le bonheur de trouver au CDI du lycée où je travaille et je dois dire que je suis absolument ravie de cette découverte.

  • Résumé

couv43204688Ce roman graphique atypique nous entraîne dans l’intimité d’un homme devenu l’incarnation du génie créateur, un artiste au talent jamais égalé.
Qui pourraient être mieux placés que deux hommes, deux artistes, pour vous conter l’histoire d’amour qui lia, pendant près de trente ans, Léonard de Vinci à un jeune apprenti qu’il baptisa Salaï (« petit diable »).
Immergez-vous au cœur de cette évocation romanesque qui présente une autre vision de Léonard de Vinci, de son entourage et de sa vie. Au-delà du mythe, de ses incroyables inventions et de sa modernité (fervent écologiste, végétarien, humaniste…), il était détesté par ses pairs, autant pour son immense talent que pour son physique avantageux, ou encore pour la cour qui l’encerclait.
Comment a-t-il vécu, aimé, souffert ? L’histoire s’intéresse à son amour pour Salaï, personnage oublié, écorché vif, petit voyou fainéant au grand talent, et dont on attribua certaines œuvres au Maître, à son Maître.

  • Mon avis

Je suis totalement séduite (encore une fois !) par le crayon de Benjamin Lacombe. Il fait ici le choix de faire des dessins dans les tons sépia ce qui donne beaucoup de chaleur à l’ambiance du livre.

De plus, j’ai apprécié qu’il s’attaque à une pointure de la peinture mais d’une façon totalement nouvelle. Il évoque ici plus l’homme que le peintre. On entre dans sa vie privée et son intimité.

Alors qu’on aurait tendance à toujours imaginer les peintre comme des vieux monsieur il est représenté ici en pleine force de l’âge et cela donne une nouvelle vision de la peinture et des choix du peintre. 

Il n’y a pas beaucoup de dialogues et pourtant les images parlent d’elles-mêmes.

Une seule frustration : quand sort la suite ?!

Le semaine de la BD – Les dormants Jonathan Munoz – #4

Nous voilà proche de la fin de cette semaine de la BD et c’est vendredi soir, la journée a été longue, vous êtes fatigués ? Cette bande dessinée est donc totalement dans le thème du vendredi soir !

  • Résumé

couv45440344.jpgLes aventures d’un homme insomniaque et d’une femme soporifique. Jean est un jeune homme tourmenté par des insomnies récurrentes. Amnésique et perdu au beau milieu d’une forêt, il cherche désespérément à fuir ses troubles du sommeil. Mais il semblerait que sa maladie ne soit pas la seule raison de son départ.

  • Mon avis

Je dois dire que cette bande dessinée me laisse perplexe. J’ai comme l’impression d’être passée à côté de l’histoire. Néanmoins, je dois dire que le concept m’a plus. Cet homme a perdu le sommeil et rencontre une fille qui par sa seule présence fait que tout le monde s’endort immédiatement c’est tout de même un comble !

Je m’attendais a ce que cette histoire prenne a un moment un tournant notamment au niveau de la couleur. Je ne sais pas pourquoi mais j’aurais bien vu l’un des personnages influer sur les couleurs et les rendre plus belles et contrastés. J’ai été assez déçue au final.

Je n’ai pas compris le réel enjeu de l’ouvrage, l’homme est hanté par son passé mais j’ai du mal à faire le lien avec l’histoire où il rencontre la jeune fille.

Bref je crois que je suis tout bonnement passé à côté de cette BD qui m’attirait tant au début.

La semaine de la BD – La Présidente, François Durpaire et Farid Boudjellal – #3

Le temps passe a une vitesse nous en sommes déjà à la troisième bande dessinée de la semaine et quelle BD ! Il s’agit d’un ouvrage que j’ai emprunté et qui m’intriguait beaucoup, c’est vraiment la curiosité qui m’a poussé à m’en emparer.

  • Résumé

couv18222480.jpgEt si le 7 mai 2017, d’une poignée de voix, Marine Le Pen était élue Présidente de la République ?

C’est l’effervescence sur les plateaux télé. Éditorialistes, politologues, politiciens se succèdent, incrédules, pour relater les neufs premiers mois de ce mandat inédit.

Une plongée dans un futur incertain et chaotique.

  • Mon avis

J’ai été séduite par le concept de cette bande dessinée. Imaginer ce qui se passerait si Marine Le Pen été élue présidente il fallait y penser ! Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, bien sûr je soupçonnais que la politique serait évoquée mais difficile de savoir si ce serait sur le ton de l’humour ou non.

En l’occurrence j’ai trouvé que l’ouvrage été très bien présenté et surtout que ce qui été raconté était crédible. Il ne s’agit pas ici de se moquer du personnage de Marine Le Pen mais vraiment d’imaginer la situation dans laquelle se trouverait la France si elle venait à être élue.

Les vignettes sont en noir et blanc, je trouve cela intéressant et judicieux, cela permet de ne pas en avant un personnage plus qu’un autre au travers les couleurs. L’absence de couleur renforce également le propos du livre et donne une impression à la fois d’objectivité mais également de non prise de parti des auteurs à savoir « voilà ce que ça pourrait être mais ce n’est pas sûr ».

Quoiqu’il en soit j’ai vraiment apprécier cette lecture et je ne peux que vous la conseiller si vous êtes un peu curieux.

 

La semaine de la BD – L’adoption, tome 1 : Qinaya Zidrou et Arno Moni – #2

On se retrouve pour la présentation de cette deuxième BD de la semaine, il s’agit pour le coup d’une bande dessinée coup de cœur pour moi.

  • Résumé

couv59458610.jpgLorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

  • Mon avis

J’ai adoré découvrir cette BD consacrée au thème de l’adoption. Cette petite fille va réussir à toucher et faire fondre son grand père. C’est écrit avec beaucoup de simplicité et expliqué grâce à des scènes de la vie quotidienne banales.

Les dessins sont superbes et colorés. J’ai hâte de lire la suite car je trouve la fin de ce premier tome plutôt triste. En peu de pages on peut voir à quel point les personnages s’attachent à cette petite fille du bout du monde.

Je pense que cette histoire doit sûrement faire écho à pas mal de personnes ayant été adopté ou ayant accueillit un enfant chez eux. Néanmoins, comme l’histoire est centré sur la relation entre la grand-père et la petite fille, toutes les difficultés liées à l’adoption sont passées sous silence et je trouve cela dommage car c’est un thème où il y a beaucoup à dire, il ne s’agit pas seulement d’aller chercher un enfant au bout du monde et de dire « c’est mon enfant ». Malgré cela l’histoire m’a touchée profondément.

Une bande dessinée pleine de tendresse qui devrait plaire au plus grand nombre !

La semaine de la BD -Auschwitz, Pascal Croci- #1

Je vous propose une semaine un peu spéciale puisque j’ai choisis de vous présenter uniquement des bandes dessinées. C’est un genre que je lis assez peu mais ces derniers j’ai un peu redécouvert le genre.

  • Résumé

couv40660792.jpg1993, ex-Yougoslavie…

Prisonniers, Cessia et Kazki se remémorent leur passé commun datant de la deuxième guerre mondiale. Arrêtés par les nazis, ils sont déportés au camp d’Auschwitz-Birkenau avec leur fille Ann, destiné à un atroce futur…

Ils vont alors découvrir toute l’horreur des camps, et être les victimes, comme tant d’autres à cette époque, de tortures physiques et mentales perpétrées par leurs bourreaux nazis…

  • Mon avis

Le titre de cette bande dessinée est assez éloquent pour que je ne revienne pas dessus néanmoins c’est celui-ci qui m’a fait choisir cet ouvrage. Je n’avais alors jamais vu de BD traitant de ce sujet. 

Le style est assez sombre puisque les dessins sont en noir et blanc et le sujet est assez lourd. Néanmoins malgré cette noirceur j’ai trouvé qu’il y avait quelque chose de bienveillant dans les dessins comme si l’illustrateur cherchait à nous montrer l’Histoire telle quelle fût sans pour autant appuyer sur l’atrocité des faits. Il y a quelque chose de très simple qui rend le propos encore plus fort pour le lecteur.

Je dois néanmoins reconnaître que je me suis parfois perdu dans l’histoire et la direction que l’auteur voulait donner à celle-ci.

Cette bande dessinée reste tout de même un très bel ouvrage que je vous conseille si vous vous intéressez à cette période de l’Histoire.

Brooklyn, Colm Tóibín

Il y a peu, une amie a lu ce livre et elle a montré un tel engouement après cette lecture que j’ai eut envie de le lire, raison de plus lorsqu’il a été choisis pour le Bookclub de Livraddict !

  • Mon avis

couv47952546Enniscorthy, sud-est de l’Irlande, années 1950. Comme de nombreux jeunes de sa génération, Eilis Lacey, diplôme de comptabilité en poche, ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, sa sœur Rose obtient pour elle un emploi aux États-Unis. En poussant sa jeune sœur à partir, Rose se sacrifie : elle sera seule désormais pour s’occuper de leur mère veuve et aura peu de chance de se marier. Terrorisée à l’idée de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier à la décision de Rose, Eilis quitte l’Irlande. À Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise et commence son existence américaine sous la surveillance insistante de la logeuse et des autres locataires.

  • Mon avis

J’avais un peu peur de me retrouver dans une romance et après lecture, je ne sais pas pourquoi j’ai pensé à cela ! On suit Eilis dans son envol du nid familial, elle traverse l’Atlantique vers un pays inconnu. Je ne saurais dire pourquoi mais j’ai vraiment apprécié cette lecture et encore plus le personnage d’Eilis. Elle est à la fois touchante, naïve mais dernière cela se cache une certaine force de caractère.

L’époque à laquelle évoluent les personnages semble teinté de mille couleurs, on est dans le Brooklyn des années 50 et celui-ci donne envie d’y aller faire un tour. Cette époque est marqué par insouciance et l’envie de s’amuser et en même temps c’est une époque où les blancs ont encore le pouvoir au USA, la communauté noire est encore traité à part et certains refusent de côtoyer les mêmes lieux qu’eux.

Dans ce livre on a l’impression de parcourir la vie de la jeune fille alors qu’au final on n’en a qu’un petit aperçu. Elle finit par être tiraillé entre ses engagements et son pays d’origine et je dois dire que jusqu’au bout je me suis demandé quel choix elle allait faire.

La fin de l’histoire m’a laissé un peu perplexe, j’aurais aimé encore la suivre un petit peu j’ai eu le sentiment que cette histoire ne pouvait pas finir sur ça, il fallait qu’on sache ce qu’elle ressentait, quel serait son futur à long terme. Je crois que j’aurais apprécié un épilogue à ce roman car je me suis vraiment attaché à ce personnage et j’aurais aimé savoir ce qu’elle été devenu du moins si elle vit comme je le crois une vie rangée et établie.

Pas de doute que cette histoire vous plaira !

 

Adolf (roman hystérique), Olivier Costes

Avouez que le titre fait rêver et pose question ! Comme vous je me suis dis « mais qu’est ce que c’est que ce truc ! », la meilleure façon de le savoir c’était de le lire et vous savez quoi ? C’est ce que j’ai fait !

  • Résumé

couv47290085.jpgQui est cet étrange Adolf ? Est-ce un revenant surgit des ténèbres les plus sombres du XXe siècle ? Est-ce une histoire de fantômes ? Peut-être.
Sauf que le décor n est pas l’habituel château médiéval ni le traditionnel manoir. Non, ici le cadre est celui d’un lycée d’aujourd’hui dirigé par une octogénaire moustachue, Madame Maréchal. Son établissement est bouleversé par l’arrivée d’un nouvel élève, le tout aussi moustachu Adolf. Celui-ci se révèle rapidement envahissant et totalement ingérable car mégalomane, tyrannique, raciste et cruel. Grâce à ses fabuleux talents d’orateur et de manipulateur, il entraîne dans sa folie toute une clique de personnages aussi grotesques que diaboliques : Albert, Joseph, Hermann, Heinrich, Rudolph, Martin, Klaus, Bénito, et aussi la blonde et stupide Eva…
Des personnages historiques et dangereusement hystériques.

  • Mon avis

On se retrouve ici dans une sorte de transposition de l’Histoire et on réunit tous les personnages qui l’ont marqués dans un lycée ! L’idée est assez surprenante mais pourquoi pas. Là où je dois dire que j’ai été surprise/déçue c’est de voir le peu de crédibilité qu’à le personnage d’Adolf puisqu’il arrive comme nouveau dans ce lycée et comme par magie tout le personnel et ses camarades sont à ses pieds ! Alors certes d’une certaine manière cela résume l’Histoire et montre à quel point cet homme/enfant a un pouvoir persuasif sur les autres et réussit à mener les gens à la baguette et leur faire croire n’importe quoi (d’ailleurs je ne suis pas sûre que transposer le cas des juifs sur des rats soient très flatteur mais là encore nous retrouvons un écho à l’Histoire) mais quel est l’intérêt au final ?

L’idée de base était plutôt pas mal mais le résultat est assez déplorable, je n’ai rien trouvé d' »hystérique » dans ce roman ni même de l’humour ou quoi que ce soit d’autre d’ailleurs. Bizarrement quand les auteurs essaient de s’emparer du personnage d’Hitler ça finit toujours en fiasco ! Non seulement j’ai dû parfois me casser la tête pour savoir de quel moment ou quel personnage de l’Histoire on parlait mais en plus, plus j’avançais dans cette lecture et plus je trouvais qu’elle manquait de densité, d’attrait… 

Finalement lire un bouquin d’Histoire se révèle beaucoup plus intéressant que lire ce livre, je ne vois pas où est la finalité et qu’est ce que cela signifie de transposer l’Histoire dans un lycée ?

A part de la perplexité, ce roman n’a rien éveillé d’autre en moi et c’est dommage car avec un tel sujet il y a beaucoup à faire.

Hold up ! #2 – Septembre 2016

Bon je crois que l’on peut dire que la rentrée de septembre et l’absence d’internet n’ont pas empêchaient ma frénésie d’achats et surtout un second Hold up. Autant dire que dans peu de temps je vais passer maître en la matière (enfin si c’est pas déjà fait !).

Ma victime cette fois a été le site d’occasion Momox qui propose plein d’ouvrages à petits prix et surtout une livraison gratuite dès 15 euros d’achats (ça va très vite !).

Voici donc ce que j’ai reçu et comment dire je suis trop contente même si je savais ce que j’allais trouver dans ma boîte aux lettres !

IMG_2052.JPG

Tadam ! C’est donc 6 ouvrages qui vont rejoindre ma bibliothèque. Il y a peu je vous présentais les deux premiers tomes de la saga A comme association et je vous avez prévenu que les tomes suivants rejoindraient très vite ma PAL et c’est chose faite !

J’ai craqué également pour Elia, la passeuse d’âmes que je voulais déjà depuis un certain temps donc vu qu’il était d’occasion j’ai sauté dessus. JOIE !

Enfin, j’ai choisis une BD qui parle de l’adoption (comme son titre l’indique) et que j’ai déjà lu, j’ai beaucoup aimé et je pense que la suite rejoindra également ma PAL.

Je suis plutôt contente de cette commande même si un livre qui était présenté en très bon état est arrivé un peu abîmé, néanmoins je l’aime quand même.

Maintenant je crois qu’il faut vraiment que je me calme avec les Hold up sinon je vais me faire attraper !

Ai-je eu raison de craquer ?