Terrienne, Jean-Claude Mourlevat

Voilà un livre que j’ai lu déjà il y a un petit moment mais le temps me manquant je n’ai pas trouvé l’occasion de venir en débattre avec vous. C’est un livre que j’ai emprunté sur mon lieu de travail (je bosse dans une cité scolaire comportant deux CDI). C’est la documentaliste qui me l’a conseillé.

  • Résumé

couv73483314.jpgAprès avoir reçu un étrange message de sa sœur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche.
Accompagnée d’un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l’autre côté.
Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves. Au milieu d’eux, elle comprend vite que sa sœur est retenue prisonnière, quelque part, et qu’elle est en danger. Anne va tout tenter… jusqu’au péril de sa vie.

  • Mon avis

Je dois dire que j’ai du mal à avoir un avis tranché concernant cette lecture. D’un côté l’univers m’a plu et le passage dans un autre monde est plaisant mais d’un autre côté j’ai parfois trouvée l’écriture violente (dans certaines scènes) et surtout je crois que tout au long de ma lecture il m’a manqué quelque chose.

Je ne saurais dire quoi mais en refermant le livre je me suis demandé au final où tout cela nous menez. Certains personnages auxquels je me suis attaché durant la lecture disparaissent et on ne les évoquent presque pas à la fin du roman.

Je crois que ce roman manquait parfois de précisions et de détails concernant certaines situations, certains personnages et surtout certains choix de l’auteur. Celui-ci reste bien présent dans le roman et nous montre que c’est lui qui a le pouvoir de décisions sur ces personnages mais pardonnez-moi monsieur l’auteur, pourquoi tant de haine ? Certes, il sait vous surprendre en maltraitant quelques uns de ses personnages mais en fin de compte je n’ai pas trouvé que cela servait l’héroïne dans sa quête où que ça lui mettait de véritable bâton dans les roues.

Bien que ce soit une lecture que j’ai apprécié je regrette que l’auteur ne soit pas allé plus loin dans certaines choses qu’il esquissait.

Publicités

Fahrenheit 451, Ray Bradbury

Il y a peu je vous présentais le livre 1984 de Orwell, aujourd’hui c’est d’une autre dystopie dont je viens vous parler.

couv26733716.jpgDans ce roman, les pompiers n’éteignent plus les feux mais ils les allument ! Les personnages évoluent dans un monde où posséder un livre est interdit, si c’est le cas, les pompiers viennent et brûle votre maison. Montag est l’un de ses pompiers qui effectue son travail avec sérieux mais un jour il va faire une rencontre anodine qui va pourtant changer sa vision de la société dans laquelle il évolue.

Tout d’abord je dois dire que j’ai été intrigué par le titre de ce livre, je n’avais pas lu le résumé et je ne savais pas à quoi m’attendre. Finalement j’ai découvert qu’il s’agit de la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Quelle poésie ! Il fallait y penser et je dois dire que cela augure une belle lecture en perspective.

Comme nous avons pu le voir dans le résumé, cette société tend à « lobotomiser » le cerveau de ces citoyens, les livres et donc d’une certaine manière le savoir sont vus comme un danger pour l’équilibre de celle-ci. Les femmes passent leur temps dans leur salon au milieu de gigantesques écrans. La technologie a pris le pas sur la connaissance, les gens passent leur temps à se divertir sans jamais s’instruire réellement.

Je trouve que ce livre a un écho avec notre société actuelle. Les jeunes ont la tête dans leur téléphone et leur tablette et l’idée de devoir lire un livre les répugnent « un livre ? Non mais allô quoi ! ». Il faut croire que le livre est devenu has been ! Néanmoins, il ne faut pas généraliser, quelques irréductibles continuent de dévorer les livres.

Je crois que ce roman montre à quel point les livres et plus généralement la culture sont important au sein de notre société. Ils sont dépositaire du savoir, de l’ouverture de son esprit, ils nous permettent de nous tourner vers les autres et d’avoir une approche plus réfléchie face à certaines situations. Leur usage est souvent négligé et beaucoup pensent pouvoir vivre dans un monde sans livre et culture « ça sert à rien ! » mais je crois que c’est justement parce qu’ils ne s’y sont jamais intéressé que cela leur semble désuet.

Au cours de mes études, cette question a souvent été posée : à quoi sert la culture ? Peut on s’en passer ? Je pense que c’est tout bonnement impossible, l’instruction est nécessaire dans un monde tel que le notre où des personnes continuent de déclencher des guerres pour des raisons fantaisistes. C’est à cause de l’ignorance que l’homme est mené à avoir des comportements primitifs et use de la violence.

J’ai donc trouvé ce livre absolument effrayant car il m’a amené à me poser la question : et si c’était vers cela qu’allait notre société ? et si un jour les livres disparaissaient ?

Quoi qu’il en soit je vous conseille vivement la lecture de ce livre !

Avant le labyrinthe : L’ordre de tuer, James Dashner

Il fallait s’en douter ! Après avoir lu la trilogie,  je ne pouvais pas échapper à la lecture de ce tome 4 ou tome 0 selon comment on voit les choses.

couv12438952.jpgComme son nom l’indique, ce dernier tome revient sur ce qui s’est passé avant le labyrinthe, soit treize ans avant. De ce fait, on se retrouve avec de nouveaux personnages mais néanmoins l’idée de groupe reste très présente dans ce tome-ci.

Ce que j’ai aimé c’est de découvrir d’où vient le virus de la Braise et ce qui en est à l’origine. L’auteur prend le temps de l’expliquer et on comprend vite que le virus n’est pas apparu à cause des éruptions solaires. Ce virus était un mystère dans les premiers livres c’est donc une bonne chose de lever le mystère.

J’ai également apprécier de vivre au travers les yeux de Mark (personnage principal dans ce livre) le moment où l’éruption solaire décime la population. Là encore, on comprend un peu mieux pourquoi la Terre se retrouve sans dessus-dessous. Cependant, je regrette que nous n’ayons qu’un seul point de vue, au moment de la catastrophe les personnages sont sous terre donc on ne sait pas exactement comment le phénomène s’est passé.

Ce que je n’ai pas aimé en revanche, c’est cette impression de tourner en rond et d’être constamment dans un même schéma dans la construction du récit. Les héros ont une mission, ils rencontrent les méchants, se battent, reprennent leur mission, se reposent, reprennent leur mission, se battent contre les méchants… etc. Cela n’en finit jamais ! Certes, ces péripéties apportent de l’action mais en l’occurrence c’est toujours la même chose ! Je dois avouer que les dernières pages m’ont profondément ennuyées !

Ce que je déplore également c’est le mystère qui règne encore autour de la construction du labyrinthe. Je trouve que ce point n’est pas clair, on le suppose mais le but réel semble assez flou, notamment également toute la préparation que cela implique, comment choisir ceux qui vont être enfermés. Bref, j’ai l’impression qu’on est remonté trop loin avant le labyrinthe, que certaines choses se sont éclairées mais que beaucoup d’autres restent floues.

Mon avis est donc assez mitigé, bien sûr si vous avez lu la saga je vous conseille de lire ce dernier tome dans le cas contraire je ne trouve pas qu’il soit vraiment utile. J’ai été relativement déçue et il reste encore beaucoup de mystère autour de ce labyrinthe. Ce livre n’a fait que renforcé ma frustration quant à savoir le pourquoi du comment.

Et vous quel est votre avis ?

1984, George Orwell

 » Big Brother is watching you ! »

couv14501477Vous avez sans doute déjà vu ou entendu quelque part cette fameuse phrase et vu cette fameuse affiche avec un homme qui pointe le doigt dans votre direction ? Eh bien détrompez vous, il ne s’agit pas d’une télé réalité anglaise mais bel et bien du roman de George Orwell. C’est lui qui a créé Big Brother et laissez-moi vous dire que cela fait froid dans le dos !

Je ne connaissais pas du tout ce roman avant qu’une lecture commune sur le site Livraddict soit organisée autour de cet ouvrage. Ni une ni deux, je me suis dégoté un exemplaire d’occasion et je me suis lancé dans cette lecture.

Tout au long du roman, nous suivons le personnage de Watson qui, comme vous l’aurez deviné vit en 1984 mais attention, il ne s’agit pas de l’année 1984 que certains d’entre vous avez pu connaître. Nous nous retrouvons ici sous un régime totalitaire où Big Brother a la mainmise sur tous les habitants. Il les surveillent au travers de « télécrans » disposés dans leur appartement et sur leurs lieux de travail. Bref Big Brother est partout !

Dans ce régime, il faut prêter allégeance à Big Brother et il est interdit de faire une multitude de choses. D’une certaine manière, je dirais qu’il est interdit d’être humain. On ne doit pas aimer quelqu’un d’autre que soi, on ne doit pas sentir de la compassion. En d’autres termes, il faut suivre la masse sans se poser de questions.

Mais notre héros Watson, se pose beaucoup de questions. Il sait que le régime contrôle le passé et le modifie à son gré. Watson sait que certaines choses écrites dans les livres d’Histoire ne sont pas vraies et se demandent pourquoi le régime essaient de les cacher en les modifiant. Il va également connaître l’amour mais très vite la puissance de ce régime totalitaire va le rattraper.

Pour eux ( le parti), personne ne doit mourir en étant contre le régime, ils vont donc le torturer jusqu’à ce qu’il se mette à aimer Big Brother, à l’aimer vraiment et sincèrement.

Ce récit fait froid dans le dos d’autant plus que le régime avoue sans problème vouloir effacer toute humanité chez l’Homme. Chaque citoyens est pris au piège et il n’y a pas de place pour la révolte ou la rébellion. Big Brother contrôle tout et surtout l’esprit de chacun.

Ce roman fait parfois penser à notre société, pas dans un tel extrême mais tout de même, il y a aujourd’hui une stigmatisation, une sorte de schéma pré-défini à suivre. Il nous amène à réfléchir sur nous, notre société et nous met en garde contre les régimes totalitaires qui se mettent en place plus facilement qu’on ne le croit.

Je dirais que c’est un roman qu’il faut avoir lu au moins une fois.

Dôme, Stephen King

Aujourd’hui je prend des risques en vous parlant de ce bon vieux King (je sais que sa secte est grande, ne me frappez pas s’il vous plaît).

couv73605963.jpgAlors, tout d’abord, il convient de préciser que je ne suis pas une adepte de King, d’ailleurs je le connais plus grâce au adaptation cinématographique qu’à son coup de crayon. D’ailleurs, devinez ce qui m’a amené à lire ces deux tomes ? Je vous le donne en mille ! Eh oui, c’est la fameuse série, créée par les américains qui s’appelle en version française Under The Dome (oui oui c’est bien le titre de la version française, vous me prenez pour qui ! ). J’ai donc découvert cette série où j’ai plutôt super bien accroché dans la première saison. Le concept de  « on enferme des gens dans une bulle et on voit ce qui se passe » est plutôt bien trouvé surtout quant on ne sait pas le pourquoi du comment.

Bref, en littéraire que je suis je ne pouvais pas ne pas lire les bouquins ! Quelle ne fut pas ma surprise en les lisant. Je m’attendais à ce que les livres reprennent la série en un peu plus détaillé mais en réalité j’ai découvert quelque chose de complètement différent.

Les bouquins sont beaucoup plus trash que la série et le côté gourou de Big Jim qui est un vrai fanatique ressort beaucoup plus. En d’autre terme je dirais qu’à côté,  la série c’est de la rigolade, que dis-je du petit lait !

Le début commence très fort avec Junior qui se met à tuer plusieurs personnes et qui ensuite pète un câble parce qu’il a une tumeur… enfin bref, le truc démentiel quoi !

Et puis bien sûr, il y a l’histoire de ce dôme, mais qui c’est qui a fait le coup ? Mystère et boule de gomme ! Bon ne vous inquiétez pas on le sait à la fin mais je garde le suspense !

Sinon que dire de l’écriture de King ? J’avoue que ce n’est pas ce que je préfère lire bien que j’ai enchaîné la lecture des deux tomes tellement « c’était trop une histoire de dingue »! Mais je ne le classerais pas parmi mes lectures préférées (d’ailleurs les deux livres ont déjà trouvé une nouvelle famille).

Je ne pourrais que vous conseiller de lire ses deux livres que vous ayez vu ou non la série, faire le parallèle est d’ailleurs très intéressant (soit dit en passant la fin de la série est bâclée ou c’est moi ?).