Le syndrome du papillon, Maxence Fermine

Voilà un mois jour pour jour que j’ai déserté ce blog mais je suis ravie de revenir pour vous présenter un livre reçu en partenariat grâce au site Livraddict et aux éditions Michel Lafon que je remercie de leur confiance.

  • Résumé

couv74405901Hugo Mars, 17 ans, n’est pas un adolescent comme les autres. Atteint d’un mal étrange, le syndrome du papillon – il est incapable de faire des choix –, il est interné en hôpital psychiatrique après avoir voulu sauter d’une fenêtre du lycée.
Mais la vie est parfois surprenante. Car c’est justement dans cet établissement pourtant réputé difficile qu’il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts perçants, gothique et lunaire, qui ne s’intéresse qu’aux génies.
Hugo tombe aussitôt sous son charme et, grâce à sa compagnie, reprend peu à peu goût à la vie.
Mais un jour la jeune fille quitte l’hôpital sans laisser d’adresse, et Hugo décide de la retrouver coûte que coûte. S’ensuit alors une folle odyssée dans Paris, à la recherche de cette fleur sauvage qui a su apprivoiser son cœur.

  • Mon avis

Je dois dire qu’au premier abord j’avais été séduite par le sujet traité par l’auteur, le fait de se retrouver avec des adolescents dans un hôpital psychiatrique semblait offrir une multitude de possibilités. En effet, l’hôpital psychiatrique est un lieu qui attise la curiosité et dont on se fait bine souvent une idée erronée.

Néanmoins, je fus assez vite déçue car l’histoire s’est très vite détournée des pathologies des personnages. En effet, peu à peu elles sont devenues seulement un prétexte pour amener l’histoire d’amour entre eux. L’auteur n’approfondit pas tellement sur tout ce qui gravite autour du domaine médical, sur les névroses de ses personnages et on bascule très vite dans une histoire d’amour adolescente assez banale, voire décevante.

Il y a alors comme une impression d’histoire bâclée où le lecteur se retrouve frustré. J’ai lu très vite les premières pages car l’univers m’intriguait mais très vite j’ai commencé à m’ennuyait, j’étais déçue de voir que l’auteur semblait tomber dans une sorte de banalité dans le roman jeunesse.

Les dernières pages furent assez ennuyantes et longues car l’histoire est complètement sortie de l’univers médical ce qui fait alors sa force au début. On s’attend à des choses chaotiques, des rebondissements liés peut être à la faiblesse des personnages atteint chacun par une pathologie particulière. Cependant, la façon dont est présenté l’univers hospitalier par l’auteur semble plus faire penser à ce qu’on appelle une maison de repos qu’à un hôpital ayant pour but de traiter les maux invisibles à l’œil nu .

Au final, les personnages bien qu’atteint par différents syndromes se révèlent quelque peu insipide car ces dits syndrome ne changent rien au cours de l’histoire. Celle-ci pourrait être transposée dans n’importe quel autre lieu comme un lycée par exemple. Le récit manque de folie et de réelles prises de risque de la part des personnages et de l’auteur.

Cet ouvrage saura certainement conquérir le cœur des romantiques, pour ma part il me laisse un goût d’inachevé ce qui est dommage pour un roman qui semblait si prometteur.