Terrienne, Jean-Claude Mourlevat

Voilà un livre que j’ai lu déjà il y a un petit moment mais le temps me manquant je n’ai pas trouvé l’occasion de venir en débattre avec vous. C’est un livre que j’ai emprunté sur mon lieu de travail (je bosse dans une cité scolaire comportant deux CDI). C’est la documentaliste qui me l’a conseillé.

  • Résumé

couv73483314.jpgAprès avoir reçu un étrange message de sa sœur Gabrielle, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche.
Accompagnée d’un vieil écrivain en mal de création, rencontré sur la route, elle passe alors brusquement de l’autre côté.
Et découvre un monde parallèle, un univers blanc, aseptisé, glacial. Là-bas, les habitants ne respirent pas, ne sourient pas, et les humains sont esclaves. Au milieu d’eux, elle comprend vite que sa sœur est retenue prisonnière, quelque part, et qu’elle est en danger. Anne va tout tenter… jusqu’au péril de sa vie.

  • Mon avis

Je dois dire que j’ai du mal à avoir un avis tranché concernant cette lecture. D’un côté l’univers m’a plu et le passage dans un autre monde est plaisant mais d’un autre côté j’ai parfois trouvée l’écriture violente (dans certaines scènes) et surtout je crois que tout au long de ma lecture il m’a manqué quelque chose.

Je ne saurais dire quoi mais en refermant le livre je me suis demandé au final où tout cela nous menez. Certains personnages auxquels je me suis attaché durant la lecture disparaissent et on ne les évoquent presque pas à la fin du roman.

Je crois que ce roman manquait parfois de précisions et de détails concernant certaines situations, certains personnages et surtout certains choix de l’auteur. Celui-ci reste bien présent dans le roman et nous montre que c’est lui qui a le pouvoir de décisions sur ces personnages mais pardonnez-moi monsieur l’auteur, pourquoi tant de haine ? Certes, il sait vous surprendre en maltraitant quelques uns de ses personnages mais en fin de compte je n’ai pas trouvé que cela servait l’héroïne dans sa quête où que ça lui mettait de véritable bâton dans les roues.

Bien que ce soit une lecture que j’ai apprécié je regrette que l’auteur ne soit pas allé plus loin dans certaines choses qu’il esquissait.

Publicités

Harry Potter et l’enfant maudit, J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany

Comment ne pas succomber à la tentation de lire ce huitième tome ? Comment passer à côté de ce phénomène qui montre bien que le livre à encore de beaux jours devant lui. Tout le monde en a parlé, en parle et continuera d’en parler, il fallait donc que je me fasse mon avis sur la question.

  • Résumé

couv29158267.jpgDans ce nouvel opus on retrouve bien sûr nos héros préférés qui ont bien grandi et qui eux mêmes eut des enfants qui font leur entrée dans l’école de Poudlard (Hogwarts pour les amoureux de la version originale). Le plus jeune fils de Harry Potter souffre d’être le fils d’une telle figure dans le monde de la magie cela va le mener à montrer qu’il est lui aussi capable de faire de grandes choses.

  • Mon avis

Autant dire que j’étais assez sceptique sur cette nouvelle forme d’écriture. En effet, nous ne sommes plus ici dans un roman mais dans une pièce de théâtre dont les codes d’écriture diffèrent quelques peu. Je suis d’autant plus surprise de voir le succès que rencontre ce livre alors que ce n’est même pas J.K. Rowling elle même qui a écrit ce livre. Elle disait ne jamais vouloir donner de suite à cette histoire et voilà qu’elle revient sur ses propos et qu’en plus elle confie cette tâche à une personne tierce, pardonnez-moi mais je fus sous le choc !

Néanmoins, le meilleur moyen de savoir ce que donnerait cette nouvelle histoire était de la lire. Bien sûr, je ne pourrais pas entrer dans les détails afin de ne pas spoiler les plus fans d’entre vous. Cependant je dois dire que je suis déçue de cette lecture.

Je m’attendais à rien de spéciale mais je ne m’attendais pas non plus à cela. On se retrouve clairement dans une fan fiction, l’enjeu n’est pas littéraire mais de faire plaisir aux fans et sûrement de faire de l’argent.

Premièrement, je trouve que faire cela sous forme de pièce de théâtre est assez osé et le résultat plutôt raté. On n’a pas du tout l’impression de lire une pièce de théâtre mais plutôt un scénario. Les didascalies censées donner des indications de mises en scène aux comédiens sont plus romancées qu’autre choses et ne présentent pas de réel intérêt dans le texte puisque rappelons que le théâtre est avant tout un art de la représentation, aussi la longueur des didascalies est inutile et on voit clairement qu’elles ont été écrites pour le lecteur très certainement peu habitué à la lecture de pièces de théâtre.

En ce qui concerne l’histoire, c’est intéressant de mélanger d’une certaine façon le présent et le passé. Le lecteur se remémore des événements marquants dans la saga Harry Potter et cela est fort agréable. 

Je dois dire que j’ai eut un peu de mal avec les Harry, Hermione et Ron grands, avant cela on pouvait imaginer ce qu’était leur vies et là on les réponses et je trouve cela assez décevant dans le sens où cela brise un peu la magie.

En bref, je pense que Rowling aurait mieux fait d’écrire un huitième roman plutôt que de se lançait dans l’écriture théâtrale car nous sommes clairement ici en présence d’un roman déguisé, de tels dialogues sonnent creux sur une scène de théâtre. 

Néanmoins, nul doute que les fans de la première heure y trouveront leur comptes et apprécieront cette lecture. 

 

Vous parler de ça, Laurie Halse Anderson

C’est moi ou ce blog est déserté depuis maintenant douze jours !?! Et si on parlait de ça ? (admirez la transition !). En effet, quelle meilleure façon de faire son retour que de venir disputailler sur Vous parler de ça ?

  • Résumé
couv5549676.jpgEn 1998, Laurie Halse Anderson, jusque-là auteur pour enfants, est réveillée par les sanglots d’une jeune fille. Dans la maison, ses enfants dorment à poings fermés ; c’est un cauchemar qui a réussi à la tirer du sommeil. Répondant au besoin de se vider l’esprit des pensées sombres qui s’y agitent, Laurie attrape un carnet et y couche le brouillon d’une histoire, celle d’une jeune fille qui ne parle plus depuis un terrible crépuscule d’été. Une fois sa mission accomplie, elle retourne se coucher. Laurie Anderson ne fit plus jamais ce mauvais rêve qui allait pourtant changer sa vie l’année suivante quand les notes seraient devenues un roman vendu à plusieurs millions d’exemplaires, un film hollywoodien (avec Kristen Stewart en 2004), de nombreuses nominations et récompenses, et plus de 30 traductions, Vous parler de ça n’est pas simplement un premier roman bouleversant. C’est un phénomène de société, c’est un sujet de conversation, c’est un étendard, c’est un livre capable de changer la vie de celles qui le lisent, et il est pour la première fois traduit en français.
  • Mon avis

Pour être honnête le résumé donne carrément envie de dévorer ce livre et pourtant quelle déception après cette lecture. Le titre est mystérieux et donne envie de savoir ce qu’il se cache derrière le « ça » (non il ne s’agit pas d’un clown maléfique). A vrai dire je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en lisant ce livre mais j’ai naïvement cru qu’il me plairait.

On suit l’histoire d’une jeune fille un peu en marge de ses camarades, c’est elle qui parle. On ne peut pas dire qu’il s’agisse ici du journal intime de la jeune fille mais presque. Elle nous raconte comment se passent ses journées au lycées, ses cours, elles est d’ailleurs assez précise quant elle les évoque et l’air de rien elle finit par parler de « ça ».

Au début j’ai eut du mal à comprendre quel était le réel sujet du livre, son intérêt car je ne trouve pas la vie de cette jeune fille particulièrement intéressante ou du moins elle ne me touche pas. Elle évoque ses camarades, ses professeurs, la difficulté qu’est l’adolescente mais au final rien d’extraordinaire.

Bien sûr je pourrais évoquer le « ça » mais cela reviendrait à vous spoiler l’histoire qui se cache derrière l’histoire banale (vous me suivez ? ). Donc je n’en dirais pas plus dessus mais là encore je n’ai pas trouvé cela particulièrement novateur, certes il est intéressant d’en parler dans un roman mais sans plus.

Ce livre fut donc une déception, j’ai parfois eu beaucoup de mal à m’accrocher à l’histoire et bien qu’elle soit touchante dans certains aspects je suis restée relativement insensible. Quant à dire qu’il pourrait changer la vie de ceux qui le lisent cela me paraît quelque peu disproportionné !

Néanmoins, je ne doute pas que ce livre trouve son public.