Au-delà des lettres, Damien Khérès

Aujourd’hui je viens vous parler d’un tout petit roman qui ne paie pas de mine mais qui, ma foi est fort sympathique. Je ne connaissais pas du tout cet auteur et celui-ci a eu l’amabilité de partager avec moi ses écrits. Ce livre est donc son premier roman mais il a également écrit des recueils de poésie et un de nouvelles (je vous ferai part de mon avis sur ces lectures !).

couv58416399Ce récit nous raconte donc l’histoire de Paulin, un homme plutôt solitaire et casanier qui travaille dans une agence de voyage. Son quotidien est rythmé par la routine depuis qu’il a eu un accident de voiture avec ses parents, sa mère est morte et son père lourdement handicapé. Mais un jour, ce quotidien va être bouleversé lorsqu’une mystérieuse lettre est glissée sous sa porte.

Je ne vous en dis pas plus, il faudra lire le livre pour en savoir d’avantage !

Ce que j’ai aimé dans ce récit c’est la simplicité de l’écriture, cette simplicité se met au service du personnage qui lui-même est très simple, c’est le genre de personne que l’on ne remarque pas forcément tellement il est discret. J’ai été touchée par Paulin, déjà je trouve ce nom très original et il est en accord avec la vie de ce personnage qui vit reclus chez lui, qui refuse de sortir hormis pour aller voir son père. J’avais un peu peur de m’ennuyer avec lui mais au final j’ai trouvé cette histoire très touchante.

Car le fond de l’histoire ne se résume pas seulement à savoir qui a envoyé la lettre, bien que la réponse a cette question soit très surprenante. Il y a derrière cela un réel fond sociologique qui nous interroge sur la solitude et les rapports aux autres.

Ce premier roman est très encourageant et me donne envie de lire les autres écrits de cet auteur. J’aurais sans doute pu reprocher un manque de détails mais à vrai dire, bien que l’histoire soit courte et se déroule rapidement, je trouve que le lecteur a assez d’éléments pour s’attacher à ce personnage.

Je vous invite donc encore une fois à vous faire votre idée par vous même !

La métamorphose, Kafka

La métamorphose comme son titre l’indique raconte l’histoire d’un jeune homme qui un beau jour se réveille transformé en cancrelat. Evidemment, dit comme cela, ça ne donne pas envie et bien sûr les questions du genre « mais que s’est il passé ? » ou « comment est possible ? » ou encore « est-ce l’ancêtre de Spiderman et va t-il devenir un super héros » ? A tout cela je commencerais par répondre : Calmez-vous !

couv21223837Que s’est il passé ? Nous n’en avons pas la moindre idée, ni le protagoniste Gregor de son petit nom. Il se réveille comme ça et puis c’est tout, il faudra vous contenter de cela, mais rassurez-vous cela ne semble pas paniquer plus que cela notre cher Gregor. Et là vous allez me dire « quel est donc l’intérêt de cette histoire ? ». Effectivement, on se serait attendu à savoir le pourquoi du comment et surtout que va-t-il faire pour revenir un être humain. Et bien pas du tout. Vous vous méprenez comme je me suis méprise !

En réalité, cette histoire met plus en avant la famille de Gregor, comment ils vont gérer la situation (rappelons qu’une espèce d’énorme cafard a pris la place de leur fils). Mais pas d’inquiétude car ils ne semblent pas affolés par la chose. Très vite sa sœur prend soin de lui, le nourrit, et commence alors à s’occuper de tout.

Mais vous vous doutez bien que tout ne va pas comme il faut. Gregor (lorsqu’il était encore humain) ramenait l’argent à la maison, offrant à ses parents et sa sœur une vie décente. Mais comme ce n’est plus le cas, très vite les problèmes d’argent commencent et Gregor devient un poids pour sa famille alors qu’il les faisait vivre auparavant.

Ce livre se transforme donc en livre sociologique où l’on voit comment réagit l’humain face à la transformation d’un être de sa famille mais également face à la difficulté financière. Gregor finit par se laisser mourir et la famille retrouve enfin la joie de vivre, n’est-ce pas merveilleux ?

J’ai trouvé ce livre absolument fascinant et je dois dire que je n’ai ressenti aucune sympathie à l’égard de cette famille. Néanmoins ce récit met en exergue l’égoïsme présent en chacun de nous et comment celui-ci finit par se manifester. La sœur de Gregor aurait pu continuer de prendre soin de lui mais elle ne l’a pas fait et cela est révélateur de ce dont l’être humain est capable de faire face à une chose qui l’encombre.

Le livre n’est pas bien épais mais beaucoup de choses se passent malgré une inaction apparente. Ce qui importe ici n’est pas de savoir pourquoi Gregor s’est transformé mais de voir comment cette transformation va influer sur ses proches et sur lui-même.