La semaine de la BD – Léonard & Salaï, tome 1 : Il Salaïno, Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen – #5

On termine cette semaine de la BD en beauté avec ce superbe ouvrage illustré par Benjamin Lacombe. C’est un livre que j’ai eu le bonheur de trouver au CDI du lycée où je travaille et je dois dire que je suis absolument ravie de cette découverte.

  • Résumé

couv43204688Ce roman graphique atypique nous entraîne dans l’intimité d’un homme devenu l’incarnation du génie créateur, un artiste au talent jamais égalé.
Qui pourraient être mieux placés que deux hommes, deux artistes, pour vous conter l’histoire d’amour qui lia, pendant près de trente ans, Léonard de Vinci à un jeune apprenti qu’il baptisa Salaï (« petit diable »).
Immergez-vous au cœur de cette évocation romanesque qui présente une autre vision de Léonard de Vinci, de son entourage et de sa vie. Au-delà du mythe, de ses incroyables inventions et de sa modernité (fervent écologiste, végétarien, humaniste…), il était détesté par ses pairs, autant pour son immense talent que pour son physique avantageux, ou encore pour la cour qui l’encerclait.
Comment a-t-il vécu, aimé, souffert ? L’histoire s’intéresse à son amour pour Salaï, personnage oublié, écorché vif, petit voyou fainéant au grand talent, et dont on attribua certaines œuvres au Maître, à son Maître.

  • Mon avis

Je suis totalement séduite (encore une fois !) par le crayon de Benjamin Lacombe. Il fait ici le choix de faire des dessins dans les tons sépia ce qui donne beaucoup de chaleur à l’ambiance du livre.

De plus, j’ai apprécié qu’il s’attaque à une pointure de la peinture mais d’une façon totalement nouvelle. Il évoque ici plus l’homme que le peintre. On entre dans sa vie privée et son intimité.

Alors qu’on aurait tendance à toujours imaginer les peintre comme des vieux monsieur il est représenté ici en pleine force de l’âge et cela donne une nouvelle vision de la peinture et des choix du peintre. 

Il n’y a pas beaucoup de dialogues et pourtant les images parlent d’elles-mêmes.

Une seule frustration : quand sort la suite ?!

Publicités

Le semaine de la BD – Les dormants Jonathan Munoz – #4

Nous voilà proche de la fin de cette semaine de la BD et c’est vendredi soir, la journée a été longue, vous êtes fatigués ? Cette bande dessinée est donc totalement dans le thème du vendredi soir !

  • Résumé

couv45440344.jpgLes aventures d’un homme insomniaque et d’une femme soporifique. Jean est un jeune homme tourmenté par des insomnies récurrentes. Amnésique et perdu au beau milieu d’une forêt, il cherche désespérément à fuir ses troubles du sommeil. Mais il semblerait que sa maladie ne soit pas la seule raison de son départ.

  • Mon avis

Je dois dire que cette bande dessinée me laisse perplexe. J’ai comme l’impression d’être passée à côté de l’histoire. Néanmoins, je dois dire que le concept m’a plus. Cet homme a perdu le sommeil et rencontre une fille qui par sa seule présence fait que tout le monde s’endort immédiatement c’est tout de même un comble !

Je m’attendais a ce que cette histoire prenne a un moment un tournant notamment au niveau de la couleur. Je ne sais pas pourquoi mais j’aurais bien vu l’un des personnages influer sur les couleurs et les rendre plus belles et contrastés. J’ai été assez déçue au final.

Je n’ai pas compris le réel enjeu de l’ouvrage, l’homme est hanté par son passé mais j’ai du mal à faire le lien avec l’histoire où il rencontre la jeune fille.

Bref je crois que je suis tout bonnement passé à côté de cette BD qui m’attirait tant au début.

La semaine de la BD – La Présidente, François Durpaire et Farid Boudjellal – #3

Le temps passe a une vitesse nous en sommes déjà à la troisième bande dessinée de la semaine et quelle BD ! Il s’agit d’un ouvrage que j’ai emprunté et qui m’intriguait beaucoup, c’est vraiment la curiosité qui m’a poussé à m’en emparer.

  • Résumé

couv18222480.jpgEt si le 7 mai 2017, d’une poignée de voix, Marine Le Pen était élue Présidente de la République ?

C’est l’effervescence sur les plateaux télé. Éditorialistes, politologues, politiciens se succèdent, incrédules, pour relater les neufs premiers mois de ce mandat inédit.

Une plongée dans un futur incertain et chaotique.

  • Mon avis

J’ai été séduite par le concept de cette bande dessinée. Imaginer ce qui se passerait si Marine Le Pen été élue présidente il fallait y penser ! Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, bien sûr je soupçonnais que la politique serait évoquée mais difficile de savoir si ce serait sur le ton de l’humour ou non.

En l’occurrence j’ai trouvé que l’ouvrage été très bien présenté et surtout que ce qui été raconté était crédible. Il ne s’agit pas ici de se moquer du personnage de Marine Le Pen mais vraiment d’imaginer la situation dans laquelle se trouverait la France si elle venait à être élue.

Les vignettes sont en noir et blanc, je trouve cela intéressant et judicieux, cela permet de ne pas en avant un personnage plus qu’un autre au travers les couleurs. L’absence de couleur renforce également le propos du livre et donne une impression à la fois d’objectivité mais également de non prise de parti des auteurs à savoir « voilà ce que ça pourrait être mais ce n’est pas sûr ».

Quoiqu’il en soit j’ai vraiment apprécier cette lecture et je ne peux que vous la conseiller si vous êtes un peu curieux.

 

La semaine de la BD – L’adoption, tome 1 : Qinaya Zidrou et Arno Moni – #2

On se retrouve pour la présentation de cette deuxième BD de la semaine, il s’agit pour le coup d’une bande dessinée coup de cœur pour moi.

  • Résumé

couv59458610.jpgLorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

  • Mon avis

J’ai adoré découvrir cette BD consacrée au thème de l’adoption. Cette petite fille va réussir à toucher et faire fondre son grand père. C’est écrit avec beaucoup de simplicité et expliqué grâce à des scènes de la vie quotidienne banales.

Les dessins sont superbes et colorés. J’ai hâte de lire la suite car je trouve la fin de ce premier tome plutôt triste. En peu de pages on peut voir à quel point les personnages s’attachent à cette petite fille du bout du monde.

Je pense que cette histoire doit sûrement faire écho à pas mal de personnes ayant été adopté ou ayant accueillit un enfant chez eux. Néanmoins, comme l’histoire est centré sur la relation entre la grand-père et la petite fille, toutes les difficultés liées à l’adoption sont passées sous silence et je trouve cela dommage car c’est un thème où il y a beaucoup à dire, il ne s’agit pas seulement d’aller chercher un enfant au bout du monde et de dire « c’est mon enfant ». Malgré cela l’histoire m’a touchée profondément.

Une bande dessinée pleine de tendresse qui devrait plaire au plus grand nombre !

La semaine de la BD -Auschwitz, Pascal Croci- #1

Je vous propose une semaine un peu spéciale puisque j’ai choisis de vous présenter uniquement des bandes dessinées. C’est un genre que je lis assez peu mais ces derniers j’ai un peu redécouvert le genre.

  • Résumé

couv40660792.jpg1993, ex-Yougoslavie…

Prisonniers, Cessia et Kazki se remémorent leur passé commun datant de la deuxième guerre mondiale. Arrêtés par les nazis, ils sont déportés au camp d’Auschwitz-Birkenau avec leur fille Ann, destiné à un atroce futur…

Ils vont alors découvrir toute l’horreur des camps, et être les victimes, comme tant d’autres à cette époque, de tortures physiques et mentales perpétrées par leurs bourreaux nazis…

  • Mon avis

Le titre de cette bande dessinée est assez éloquent pour que je ne revienne pas dessus néanmoins c’est celui-ci qui m’a fait choisir cet ouvrage. Je n’avais alors jamais vu de BD traitant de ce sujet. 

Le style est assez sombre puisque les dessins sont en noir et blanc et le sujet est assez lourd. Néanmoins malgré cette noirceur j’ai trouvé qu’il y avait quelque chose de bienveillant dans les dessins comme si l’illustrateur cherchait à nous montrer l’Histoire telle quelle fût sans pour autant appuyer sur l’atrocité des faits. Il y a quelque chose de très simple qui rend le propos encore plus fort pour le lecteur.

Je dois néanmoins reconnaître que je me suis parfois perdu dans l’histoire et la direction que l’auteur voulait donner à celle-ci.

Cette bande dessinée reste tout de même un très bel ouvrage que je vous conseille si vous vous intéressez à cette période de l’Histoire.