La fille de Brooklyn, Guillaume Musso

On ne l’arrête plus cet auteur, il ne cesse d’écrire (une vraie machine !). J’ai l’impression que la sortie de ces livres s’enchaînent et pourtant non. J’ai reçu ce livre il y a peu en troc  (si, si je vous jure !) et heureusement parce que Musso et moi c’est pas une grande histoire d’amour.

  • Résumé

couv57098313.jpgJe me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé : « Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? »
Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire.
Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo.
– C’est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.

  • Mon avis

Musso a l’art et la manière de ne pas se renouveler dans ces romans. J’ai lu tous ses romans jusqu’à maintenant et bien que les histoires soient différentes on y retrouve toujours le même schéma et du coup on a l’impression de tout le temps lire la même chose. Autant dire qu’on pourrait lire ce livre sans connaître l’auteur et dire « ça c’est du Musso ou je ne m’y connais pas ! ».

Jusqu’à maintenant le seul roman qui se démarque est Central Park après sa lecture je m’été dit qu’enfin Musso devenait intéressant et non ! Il retombe dans la facilité ! Un personnage en recherche un autre, enquête comme par hasard il connaît un vieux flic à la retraite qui lui vient en aide … etc. On connaît déjà l’intrigue avant même de l’avoir commencé. Sérieusement Guillaume est ce bien sérieux tout ça ?

Je suis donc contente de ne pas avoir acheter ce livre car c’est une déception. L’écriture reste néanmoins très accessible, ça se lit tout seul mais bon quand vous voyez vingt fois la même  chose vous finissez par vous lasser sévèrement.

Je n’entrerais pas dans le détail de l’intrigue car si vous avez déjà lu un Musso il suffit de vous référer à votre lecture précédente. Autant Marc Lévy réussit toujours à créer un univers différent dans ces livres tout en conservant la même écriture, autant Musso stagne. 

C’est donc, vous l’aurez compris une déception mais si vous n’avez pas encore lu du Musso c’est l’occasion de vous lancer.

Publicités

Avant toi, tome 1, Jojo Moyes

Après en avoir pas mal entendu parler, je me suis lancée dans la lecture de Avant toi, j’ai découvert l’écriture de Jojo Moyes que je ne connaissais pas du tout jusqu’alors.

couv40753944.jpgIl nous raconte ici l’histoire de Lou, une jeune femme qui travaille dans un bar, elle aime son job mais malheureusement le propriétaire vend son affaire et elle est remerciée. Il va donc falloir qu’elle trouve vite un autre travail pour pouvoir aider ses parents. On lui propose alors un contrat de six mois pour tenir compagnie à un jeune homme tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Elle à donc un mois pour le faire changer d’avis.

Je dois dire que j’ai eu du mal au début à me mettre dans l’histoire, je trouvais que ça ressemblait trop à l’histoire d’Intouchables. L’idée du tétra qui rejette l’aide d’une pauvre jeune femme qui ne sait pas comment s’y prendre. Néanmoins très vite l’histoire se centre sur un autre aspect du handicap car dans cette histoire le jeune homme cloué sur son fauteuil n’accepte pas du tout la perte de sa mobilité et n’aspire qu’à en finir avec la vie.

D’un point de vue de « valide », il est impensable de renoncer à la vie parce qu’on à perdu sa mobilité, cependant Jojo Moyès a bien su mettre en évidence le choc insurmontable que cela peut être. Comment accepter l’immobilité alors qu’on été hyper actif ? Sans compter les douleurs enduraient à cause de ce corps qui ne pouvant plus bouger se met à « rouiller ».

Le handicap est traité d’une façon beaucoup plus sombre ici. On entend souvent parler de gens qui reprennent le dessus et retrouvent une vie normal mais on parle assez rarement de ceux qui ne supportent plus la vie dans un fauteuil, à l’hôpital ….

Je dois dire que j’ai vraiment apprécié cette lecture, la fin est absolument bouleversante, on s’y attend sans réellement s’y attendre, c’est assez paradoxal mais jusqu’au bout on se demande quel va être le dénouement de l’intrigue.

Le personnage de Lou est attachant même si je la trouve un peu naïve dans certains aspects de sa vie, mais heureusement cette rencontre change tout. Voyant que c’était une romance je m’attendais à quelque chose de niais avec des papillons qui volent dans le ciel mais ce n’est pas du tout le cas, ce qui est fort appréciable !

Il me tarde donc de découvrir la suite de cette histoire !

 

couv40753944.jpg

La mélodie du coeur qui bat, Jan-Philipp Sendker

En ces temps maussades, parlons un peu d’amour ou plutôt d’histoire d’amour ! Je reconnais que j’ai abordé ce livre avec appréhension car il est présenté comme une romance et je ne suis pas du tout une adepte de ce genre en général. Néanmoins, j’ai eu une bonne surprise lors de ma lecture.

couv34326613.jpgQuelques années après la disparition de son père, Julia découvre une lettre d’amour que celui-ci avait écrit à une certaine Mi Mi vivant en Birmanie. Elle va donc entreprendre un voyage dans ce pays afin de découvrir qui est cette femme et surtout où se trouve son père. Elle fait la rencontre de U Ba qui va lui raconter l’histoire de son père et celle de Mi Mi.

Je dois que je me suis complètement laissée transporter par le récit de U Ba, je trouve que ce livre nous fait voyager. Finalement, je pensais que Julia se lancerait dans une enquête afin de retrouver son père mais en réalité, U Ba détient toutes les réponses à ces questions.

L’histoire qu’a vécut son père avec cette femme est absolument charmante et une note de poésie règne tout au long du livre. Ce livre, bien que totalement différent m’a fait pensé à Mange, prie, aime ils nous font tout deux voyager et les personnages se retrouvent face à eux mêmes, à leur difficultés et ils sont amenés à les dépasser.

Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait une dimension fantaisiste dans ce récit, c’est comme si un conteur nous raconté un conte pour enfant, beaucoup d’éléments semblent « énormes » et pourtant on a envie d’y croire tant l’histoire est jolie et poétique.

Je ne suis pas déçue de cette lecture, c’est un jolie moment.

Boomerang, Tatiana de Rosnay

J’avais plusieurs fois croisé cette auteure au gré de conversations littéraires mais je ne l’avais encore jamais lue. Le troc m’a donc permis de découvrir l’un de ses romans.

couv57350293.jpgC’est Antoine qui nous raconte son histoire, alors que sa sœur s’apprête à lui révéler un secret, ils ont tous les deux un accident. Cela sème le trouble dans l’esprit d’Antoine qui va chercher à découvrir ce que voulait lui révéler sa sœur. Un voyage dans son passé est nécessaire.

Je dois dire que cette lecture m’a laissé assez perplexe, dans le sens où je ne sais pas trop quoi en penser. Néanmoins, c’est un livre que j’ai lu en à peine deux jours, cela suppose sans doute qu’il m’a plu ?

J’ai tout de même l’impression qu’il a manqué quelque chose dans cette lecture et je ne saurais dire de quoi il s’agit. Cela est sans doute dû au fait que j’avais eu beaucoup de retours positifs sur cette lecture, du coup je m’attendais à mieux, à plus, que sais-je…

Le style de l’écriture est plaisant, le roman se lit très vite. On explore vraiment toute la vie du personnage. Je dois cepandant avouer que je trouve cette écriture très féminine et j’oubliais parfois que c’était un homme qui parlait, c’est peut être cela qui m’a dérangé.

J’ai juste eu l’impression de lire l’histoire de cet homme, une histoire parmi les autres sans rien en plus et cela m’a frustré, j’attendais un drame en plus (même si il y en a beaucoup) quelque chose de plus dramatique.

Bref, mon avis n’est ni négatif ni totalement positif, ce livre fait partie des livres que j’ai lu mais je ne pense pas qu’il va me marquer plus que cela.

Et vous avez-vous lu ce roman ? Qu’est ce qui vous a plu ?

Les brumes de Grandville, tome 1 : Monotropa uniflora,Gwendoline Finaz de Villaine

Dernière lecture en date ! Il s’agit d’un livre que j’avais reçu dans ma box Once Upon a Book (mais si souvenez-vous !). Il m’intriguait et j’avais hâte de savoir si il me plairait j’ai donc entamé sa lecture il y a quelques jours.

couv11493395.jpgJe vous mets un petit résumé succinct car, comme vous le savez ce n’est pas ma spécialité :au lendemain de la première guerre mondiale, Apollonie devient professeur de musique. Belle, libre et déterminée, la jeune orpheline découvre la vie au château de Grandville. Elle ne tarde pas à faire la connaissance du fils de la Comtesse, le magnétique et mystérieux Hector, dont la beauté n’a d’égale que le cynisme. Apollonie, encore troublée par cette rencontre, tombe sous le charme indécent dune voix mystérieuse sortie des ombres

Tout d’abord, je dois dire qu’au premier abord je ne suis pas une grande fan des livres dont l’action se situe durant (ou un peu après) la Première Guerre Mondiale. Néanmoins, je reconnais que celui-ci a su me séduire ! Cela est sans doute dû au fait que tout se déroule dans une grande demeure bourgeoise. De ce fait on est loin des tranchées et des poilus et cela est fort agréable de se retrouver dans une sorte de bulle après guerre où, finalement nous n’avons pas la sensation que cette dite guerre ait eu le moindre impact sur la façon de vivre de ces gens.

J’ai moyennement apprécié le personnage d’Apollonie car je l’ai trouvé très naïve et fleur bleue. Et puis je ne comprends pas comment elle fait pour ne pas être terrifiée à la vue d’un fantôme ! Elle s’y acclimate trop vite à mon goût rendant la chose presque banal. Il y a également le fait qu’elle ne se méfie de personne que j’ai trouvé insupportable, des événements arrivent et quand bien même on lui dit « c’est telle personne qui a fait le coup », elle persiste à croire que tout le monde est gentil et qu’il est impossible qu’on lui veuille du mal. Cela fut assez agaçant mais au final ce n’est pas ce qui m’a le plus dérangé.

Là, où j’ai commencé à m’ennuyer, c’est lorsque l’histoire à complètement basculé dans la romance. Soudainement, Apollonie se retrouve éperdument amoureuse et dès lors tout tourne autour de cela, délaissant quelque peu la vie au château. Evidemment, il fallait s’y attendre puisque le livre est une romance mais je n’ai pas trouvé que celle-ci était touchante, je la trouvais au final assez banale et sans intérêt.

Enfin, en ce qui concerne la fin, je dois dire que la déception était à son comble car j’avais réussit à deviner celle-ci quelques chapitres auparavant. De plus, j’ai trouvé qu’il y avait trop de descriptions sur les lieux que le personnage traversait.

Je savais que le genre romance n’était pas un genre que j’aimais mais avec ce livre j’en ai eu la confirmation. J’ai tendance à trouver les histoires d’amour trop niaises dans les livres. Je ne lirais donc pas le second tome de cette histoire.

Néanmoins, pour celles et ceux qui aiment ce genre là, je pense que vous prendrais plaisir à le lire car tout les éléments semblent réunis pour une belle romance à l’eau de rose.